Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

Les soleils de Lilou

Pour trouver ce défi c'est ici :  Lilou

LILOU 2020.jpg

Le scélérat ! Sur la base d’une science, pour moi occulte, la Physiognomonie, ce vaurien avait convaincu mes parents que j’avais un côté bestial en moi. Ces idiots l’avaient consulté parce que, disaient-ils, ils ne me comprenaient pas !

 

 

La belle affaire ils ne m’écoutaient jamais, difficile dès lors de se comprendre !

 

Depuis des années, nous nous empoignions pour rien. J’avais pourtant la physionomie d’un jeune et beau garçon, alors quel besoin avaient-ils eu de consulter ce charlot  ?

 

 

Mon père qui depuis des années faisait preuve d’une misogynie au-dessus de la moyenne,  s’était pris de passion pour la belle psychologue. A chaque RDV, il fallait que nous nous gominions pour lui faire bonne impression. Lui qui écoutait du hard rock, s’était pris de passion pour les symphonies de Beethoven. J’en avais à présent des insomnies. Si ces RDV continuaient à écouter autant de niaiseries, je ne doutais pas de devenir à mon tour un grand misogyne

 

 

Avec ma mère nous avions la passion de la peinture en commun. Souvent les soirées, nous peignions, elles des paysages, moi des nus. C’était des moments complices, mais les passages inopinés de mon père mettaient souvent un terme à ces instants de grâce. C’est pourquoi, j’étais souvent en colère. Vivre avec des siphonnés n’est pas chose facile.

 

 

Leurs opinions politiques très marquées faisaient que nous peinions à nous comprendre. J’ai quitté mes parents pendant une dizaine d’année. Lorsque je suis rentré au pays, mon père avait épousé sa psychologue et ma mère était devenue lesbienne. Depuis, nos relations ont retrouvé une forme de sérénité.

 

 

 

Maridan 13/01/2020



13/01/2020
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 116 autres membres