Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

Atelier 91 chez Ghislaine

lutte.jpg

 

Plus rien n’est possible, à quoi bon garder ma position quand tout autour de moi, tout s’effondre ? Devrais-je suivre le mouvement de tous ces fayots ? J’ai tenté de leur montrer mes convictions, au lieu de cela, je les ai tous montés contre moi.

 

Tout cela parce que je voulais conserver le code couleur de l’enseigne qu’avait créé mon père en hommage aux victimes des luttes pour la juste rétribution des heures supplémentaires. Grâce à lui, ils avaient obtenu les congés payés, le paiement de leurs heures supplémentaires, et aujourd’hui, la nouvelle direction voulait confisquer ce fleuron de notre mémoire et remplacer le bleu, blanc, rouge par le vert de l’espérance, mais l’espérance en quoi ?

 

Le pire c’est que le contremaître qui doit son poste à mon père semble résigné à accepter ce bras d’honneur à notre historie commune. Alors je vous le demande… A quoi bon continuer à lutter pour la liberté ?

 

Chaque jour, on nous enlève de nouveaux acquis et tout se fait dans la plus grande indifférence. Mais moi, je ne baisse pas les bras, tant qu’il me restera une lueur d’espoir, je continuerai à me battre pour la justice.

 

Maridan 4/4/2019

 

Le blog de Ghislaine ici :  Atelier 91



04/04/2019
12 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 106 autres membres