Maridan-Gyres

Maridan-Gyres

Atelier 162 - chez Ghislaine

 

Liberté

Ce jour-là, j’avais décidé de prendre un peu de liberté. J’avais laissé derrière moi, ma mère malade, ma femme dépressive, mes enfants et petits-enfants et je m’étais octroyé cette pause libertaire.

 

Je m’étais préparé un sac à dos avec un tapis de sol, de quoi écrire, un bon sandwich thon, mayonnaise, une bouteille d’eau, deux gobelets, un carnet d’aquarelle et l’indispensable palette de couleurs. Mon appareil photo en mains, j’avançais tranquillement au cœur du bois.

ghislaine 162.jpg

Je trouvais une clairière entourée d’arbres à travers lesquels perçaient les rayons du soleil. Malgré cela, il y régnait une obscurité bienfaisante qui apaisait le stress de ces derniers mois. Je ramassais de quoi me faire un nid douillet, composé de fougères et de brindilles.

 

Je m’allongeais et respirais à fond, libérant les dernières tensions qui m’habitaient. Peu à peu, je calmais la colère qui me tordait les tripes depuis deux ans. Il m’avait fallu le courage de tout plaquer, d’affronter leurs persiflages incessants, leurs commérages à tout bout de champ sur tous les gens qui les entouraient d’affection. Je ne supportais plus l’entourage de ces êtres de tous âges qui avaient pour seul but dans l’existence que de dissimuler leurs vrais visages et de médire sur tout le monde.

 

Après avoir pris quelques clichés pour fixer la beauté du lieu, je m’allongeai sur mon lit de fortune et m’endormis. A mon réveil, plus rien n’était pareil. Le soleil avait percé l’obscurité, j’étais heureux d’avoir figé la scène précédente. Je sortis mon sandwich, mon crayon à papier et me servant de l’écran de mon appareil photo, je pus réaliser quelques croquis rapides.

 a162 gigi.jpg

Il faisait bon à présent, je sortis les gobelets, y mis de l’eau et je commençai à peindre mes croquis avec mes aquarelles. Rien ne me plaisait plus que ce lâché prise avec mes pinceaux, la nature et les bonnes odeurs de ce sous-bois. Après des mois d’esclavage j’étais enfin libre ! Le sourire  d’une jolie blonde qui passait par là, me rendit l’envie de plaire à nouveau.

 

Maridan

 

Découvrez le blog de Ghislaine http://ghislaine53.eklablog.com/atelier-162-a209769452



21/08/2021
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 126 autres membres