Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

Atelier 127 chez Ghislaine

 a127.jpg

La première chose qui l’avait arrêté, c’était une fragrance dans l’air. Subtil mélange de vanille et de fruits. Séduit, il avait suivi cette odeur jusque au bar où la femme à l’origine de ce parfum envoûtant sirotait un verre d’alcool avec sur le visage un air de dégoût qui ne cadrait pas du tout avec sa beauté.

 

Elle parlait avec le barman qui, comme tous les hommes présents dans l’établissement à ce moment-là, buvait ses paroles.

 

  • Je suis lasse de tous ces malotrus qui pensent qu’une femme seule dans un bar est forcément là pour séduire. Non, mais quels crétins !
  • Allons, ma belle, ne fais pas une généralité des idiots qui t’importunent. Il y en a beaucoup qui t’admirent en silence.
  • Tu as raison, mon ami. La guerre en Syrie est bien plus grave. Les animaux qui disparaissent un peu plus chaque jour, m’angoissent également. Quel monde laisserons-nous à nos enfants ?
  • Tu parles, tu parles, mais que t’importe, tu es le charme et la, grâce incarnés, laisse donc ces préoccupations à d’autres. Tu n’as pas pour mission d’obtenir la rédemption de tous nos péchés.
  • Tu as encore raison, allez sers-moi un autre verre de champagne, ce soir j’ai décidé de tout oublier, ce n’est pas ce contretemps fâcheux qui va me gâcher ma soirée avec toi. Tu m’invites à danser ?
  • Comment pourrais-je te refuser ce plaisir. Allez dans mes bras jolie demoiselle.

 

Séduit, il la regarda s’élancer sur la piste au bras du barman. Quel chanceux celui-là ! Tant pis, il n’allait pas la contrarier ce soir, mais demain, il espérait bien pouvoir saisir sa chance. Qui sait… C’était peut-être la femme de sa vie.

 

Maridan 18/07/2020

Découvrez le blog de Ghislaine ici :  http://ghislaine53.eklablog.com

 

 



18/07/2020
13 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 118 autres membres