Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

Atelier 118 chez Ghislaine

66a51b7451_50159041_animaux-feux-australie.jpg

 

Le temps qui passe

 

Les années ont passé laissant sur son visage l’empreinte du temps. Ce ne sont pas les rides visibles et profondes qui l’affligent, non cela c’est dérisoire.

 

Ce qui le trouble le plus, ce sont les brumes opaques qui flottent au-dessus de sa ferme et qui ont le résultat des incendies qui ravagent son pays.

 

La colère, une fois de plus, s’empare de lui et le fait trembler Quel avenir pour ses enfants dans ce monde en folie qui court à sa perte de plus en plus vite ?

 

Rageusement, il froisse son journal se lève et le jette dans la cheminée.

 

Envers et contre tous, il s’est insurgé contre la déforestation, contre le gaz de schiste, cotre la surproduction de bovins, etc. Petit à petit, il est devenu pour ses amis, ses voisins, le légendaire fou furieux de la maison verte.

 

C’est vrai qu’il arpente la ville à bord de son transporter Volkswagen recouvert de slogans qui dénoncent tous ses combats y compris les tests sur animaux. Il déteste monter la folie des hommes qui tuent et dénaturent tout ce qu’ils touchent.

 

Assis sur son banc, devant sa maison, le léger clapotis de l’eau de pluie sur le lac et le frimas de cette soirée d’avril le ramène brutalement à la réalité. Non, ce soir ce ne sont pas ses rides qui l’inquiètent, ce sont ces nouveaux virus qui apparaissent de plus en plus souvent et qui nous ramènent à ce que nous sommes vraiment… Des pions sur l’échiquier d’une poignée de puissants qui se fichent pas mal de l’avenir de nos enfants et de la planète. Alors quel avenir espérer  ?

 

Maridan 12/04/2020

 

Les défis de Ghislaine :     ICI



16/04/2020
14 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 118 autres membres