Maridan Gyres

Maridan Gyres

Pluie à Aigues-Mortes

L’un de mes plus beaux souvenirs est lié à la ville d’Aigues-Mortes où mon mari et moi étions partis nous promener un beau matin d’août. À notre arrivée sur place, le ciel s’était couvert. Nous avions déjeuné sur place, dans un petit restaurant très agréable, avec une salle qui ressemblait à un jardin. Mais ce n’est pas le repas ni la visite, fort agréable de la ville, qui m’ont laissé un souvenir émerveillé. Non, c’est plutôt notre sortie du restaurant. La pluie s’était mise à tomber à notre départ du restaurant. Tout autour de nous, nous regardions avec amusement, les gens qui se précipitaient sous les porches, dans les boutiques, dans les bars. En moins de cinq minutes, la pluie s’était mise à couler à grosses gouttes.

 

Daniel et moi, nous étions regardés. Émerveillés d’avoir soudain toute la ville, toutes les rues, pour nous seuls. Il faut dire que nous avons une relation étrange avec la pluie. Nous aimons cela au-delà de toute raison. Quand les gens se précipitent pour se mettre à l’abri, nous offrons nos visages à la pluie salvatrice.

 

C’est comme si cette eau qui coulait du ciel nous lavait de tous nos tracas. De toutes nos pensées parasites qui obscurcissent nos jours. Je ne connais pas de plaisir plus grand que celui de marcher sous la pluie, lentement, tendrement, en savourant chaque goutte comme si c’était un don de Dieu. Tout cela en tenant serrée dans la mienne la main de l’homme que j’aime.

 

Ce jour-là, lorsqu’enfin nous sommes arrivés à notre voiture, nous étions trempés jusqu’aux os. Nous avions deux serviettes de plage dans le coffre qui nous ont servi à épargner nos fauteuils. Nous sommes entrés dans la voiture et nos baisers avaient le goût de la pluie.

 

Je garde, de cette balade, le souvenir ébloui de nos fous rires, devant les visages consternés des gens qui nous pensaient atteints de folie. Ainsi, qu’une indicible lumière qui me réchauffe dans les moments sombres de l’existence.

 

Il est des jours de pluie qui sont comme des soleils. Et croyez-moi, cette journée là en était une !

 

Maridan 26/01/2013



26/01/2014
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 96 autres membres