Maridan Gyres

Maridan Gyres

Ateliers 13 et 14 d'Arlette

Penser sans cesse à s’améliorer, mais pourquoi ? Dans quel but cette course effrénée en avant ? Si seulement d’un mot on pouvait éclairer ma lanterne, mais hélas ! Il n’en est rien. Le monde change, mais on voit et revoit les mêmes atrocités, les mêmes combats stériles, les mêmes guerres inhumaines et devenues des spectacles lugubres pour humains désenchantés.

 

Quel avenir allons-nous offrir à nos enfants ? Une terre devenue une poubelle géante. Des enfants et des hommes qui crèvent dans des mines pour illuminer le cou de quelques femmes entretenues. La beauté n’est-elle pas un privilège que peut sublimer un rayon de soleil, le sourire d’un enfant, l’amour d’un homme ?

 

Est-il utile de posséder mille et un choses sans saveur, sans profondeur ? Le plus beau cadeau peut être une simple rose, offerte par un cœur tendre. Par un enfant fier de son parent. Non, la société consumériste dans laquelle nous évoluons veut tout diriger, tout formater et cela donne des humains aux visages renfrognés, aux idées noires et sans projection.

 

Si seulement, nous retrouvions le goût de l’expression sincère et non calculée. J’aspire à voir venir ce moment où les peuples diront stop à la folie de la mondialisation à tout prix. Derrière tous ces géants de l’agroalimentaire, de la chimie, du pétrole, il y a un diable qui se joue de nous tous.

 

Inutile de nous tirer les cheveux. Discuter avec eux ne sert à rien. Ils savent nous faire courir sans autre but que celui de consommer à toute fin.

 

Nous avons beau jurer nos grands dieux que nous ne sommes pas dans ce schéma-là, nous y sommes jusqu’au cou. Je ne veux plus me fondre dans cette foule errant sans but, sans envie.

 

Je veux redevenir insouciante, vivre sans savoir de quoi sera fait demain, sans téléphone portable, sans tablette numérique, sans ordinateur. Simplement moi, mes amours, la nature, avec toutes les richesses qui lui restent encore.

 

Je ne demande pas à revenir à l’époque médiévale. Notre temps a du bon, mais j’aimerais que nous retrouvions le goût des autres. Que nous nous rappelions que nos cultures ont évolué grâce à la richesse des échanges entre les peuples.

 

Inutile de se battre les uns contre les autres pour enrichir un peu plus ceux qui n’ont d’autre but dans la vie que d’en avoir toujours plus.

 

Le monde entier est à un croisement qui nous conduira soit à l’harmonie totale soit à la disparition pure et simple de l’homme. Alors vous, quel avenir choisissez-vous ?

 

Maridan 15/07/2018

 

Envie de relever ce défi ? Rendez-vous sur le blog d'Arlette et découvrez ces ateliers :  https://pelagie46.wordpress.com/2018/07/14/a-vos-plumes-recap-atelier-13-et-atelier-14/



15/07/2018
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 92 autres membres