Maridan Gyres

Maridan Gyres

Un grand merci à Givre de lune

givredelune.gif

illustration :  http://www.givre-de-lune.com/

L’amour au-delà du temps

Ce soir, c’est Halloween, les fantômes quittent leurs demeures spectrales pour déambuler dans les rues, cachés parmi les vivants.

Lucinda, toute vêtue de noir, arpente elle aussi, les sombres allées à la recherche de son amour trop tôt disparu.

 

Le prêtre le lui a déconseillé, mais elle n’en a cure. Une diseuse de bonne aventure lui a promis des retrouvailles pour ce soir. Alors elle marche, longuement, en resserrant son col autour d’elle. La nuit est froide. Elle aurait sans doute dû mettre un manteau, mais à quoi bon ? La mort sera une délivrance.

 

Mais cette nuit, les fantômes sont taquins, et point d’amour à l’horizon. Elle revoit avec tendresse le visage bien aimé de son promis qui se reflète dans toutes les flaques d’eau, toutes les vitres qu’elle rencontre. Comme elle a aimé cet homme ! Et comme il le lui rendait bien !

 

N’y aura-t-il point de salut pour son pauvre cœur qui se morfond ? Lasse, épuisée après avoir marché toute la nuit, elle trouve une porte-cochère faiblement éclairée par une petite bougie dans son cercueil de verre, et juste à côté une citrouille décorée d’un visage grimaçant qui semble lui souhaiter la bienvenue. Elle ne se trompe pas… La citrouille lui sourit… Comment cela est-il possible ?

Elle s’approche tout doucement de peur de briser le charme et découvre que derrière ce qui semblait une porte, il y a une magnifique fenêtre avec une splendide feuillure qui n’a jamais reçu de vitrage. Une claire voie de pierre décore le haut de l’ouverture et soudain, tout lui revient.

 

C’est à cet endroit précis que son amour fut assassiné par une bête jamais identifiée.

 

Les larmes ruissèlent à présent sur son visage et soudain, malgré le froid qui engourdit son pauvre corps, son cœur se réchauffe et se remet à battre.

 

Il est là, le visage couvert de sang, mais avec son merveilleux visage et ses yeux si doux qui lui promettent un repos éternel au creux de ses bras. Cette nuit, les monstres d’Halloween ont fait une heureuse. Mais soyez vigilants…

 

Si un soir, vous passez près de cette fenêtre, ne vous attardez pas, car désormais, ils sont deux à avoir très soif.

Maridan 10/11/2015 



10/11/2015
11 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 82 autres membres