Maridan Gyres

Maridan Gyres

TIPAZA

« La mer caresse les rochers,

entre les colonnes de pierre
le regard vogue vers l’immensité
Vagues voluptueuses et éphémères

Le ciel à la tonalité saphir
Semble un écrin précieux pour ces vestiges
Je rêve. Je t’imagine dans un soupir
À Tipaza. Dans ces ruines où tout se fige

 

Mais la nuit tombe, et tu es toujours là
Les étoiles illuminent le ciel devenu noir
Et ton fantôme se serre dans mes bras,

 Cette nuit, il n’y aura pas de désespoir

Au cœur de mon âme, tu étincelles,

En mon ventre, la brûlure incandescente

Sirène malicieuse, tu m’ensorcelles
Mais Dieu, que tes jeux m’enchantent. »

Maridan 10/2012



18/10/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 87 autres membres