Maridan Gyres

Maridan Gyres

Texte écrit suite à un concours vu sur le net

Lettre pour une nouvelle vie

 

 

« C’était un matin comme un autre. Du moins, c’est ce que je croyais jusqu’à ce que j’ouvre cette lettre arrivée au courrier… »

 

Ma journée avait commencé comme d’habitude par une douche, un maquillage léger, un tailleur et un petit déjeuner rapide. Je m’apprêtais à prendre mon véhicule quand le facteur m’avait tendu mon courrier. Je l’avais glissé dans ma boîte à gants et j’étais partie vers mon bureau quand le téléphone avait sonné. C’était mon patron.

 

«  Bonjour ‘Anna, pouvez-vous passer au pressing pour récupérer mon costume et tant que vous y êtes apportez-moi un café avec deux croissants. Merci ! »

 

Ni merci ni merde. À son habitude, il aboyait ses ordres et tous devaient courir. J’avais de plus en plus de difficulté à être l’esclave de ce sale type. J’effectuais un détour pour obéir aux ordres de mon patron et finalement, j’arrivais au bureau avec une demi-heure de retard.

 

« J’ai failli attendre ! Où est mon café ? »

« Je pose votre complet et je vous l’apporte. »

« Faites vite ! »

 

Une envie furieuse me tenaillait de lui jeter un café bouillant à la figure.

 

« Ne dis surtout pas merci ! »

« Vous dites ? »

« Rien, Monsieur. »

 

Au regard qu’il me jeta, je vis qu’il n’était pas dupe. J’allais finir par me faire virer si je ne maîtrisais pas mieux ma bouche. Or j’avais un besoin vital de ce travail, sinon il y a longtemps que je serais partie. Je passais une matinée épouvantable à courir dans tous les sens pour satisfaire mon tyran. Enfin, ma pause déjeuner arriva et je sortis prendre l’air. En entrant dans mon véhicule, je me souvins soudain du facteur et je pris mon courrier. Cela pouvait attendre que je sois au restaurant. J’avais deux heures pour déjeuner. Attablée devant une belle salade César, j’ouvrir la première enveloppe, une facture, une de plus, puis la seconde, et là, le souffle me manqua. C’était une lettre de Marc, mon premier amour.

 

« Ma chère Anna, si tu lis ces mots c’est que je ne suis plus. Te quitter fut ma plus grande erreur. Je n’ai jamais cessé de t’aimer. J’ai passé ces dix dernières années à faire fortune. Je pensais que l’argent me rendrait heureux, il n’en fut rien. Il n’y a pas un jour où je n’ai eu envie de faire demi-tour pour te retrouver. Je l’ai fait, cinq ans après notre rupture, mais tu étais près d’un homme très chic devant une magnifique voiture. J’ai compris que tu avais refait ta vie et que me revoir ne te causerait que des problèmes alors, je suis reparti. Il y a six mois, le médecin m’a révélé que j’avais une tumeur au poumon. Elle est placée sur le médiastin et inopérable. Il m’a donné quatre à six mois de survie. J’ai utilisé ce temps à boucler mes affaires. J’ai vendu mon entreprise, mais j’ai gardé la maison que j’avais fait bâtir pour nous. Eh oui, j’espérais qu’en la voyant, tu me reviendrais. Elle correspond en tous points à nos rêves d’enfance. J’ai payé les frais de succession, tu auras donc largement de quoi la conserver et l’entretenir. Si un jour ton compagnon a l’indélicatesse de se conduire aussi mal que moi, tu ne seras pas à la rue. J’espère que tu voudras bien me pardonner pour le mal que je t’ai fait. Crois-moi quand je te dis que jusqu’à mon dernier souffle je n’ai fait que t’aimer et te chérir. Puisse cet argent te donner la possibilité de réaliser tous nos rêves. Je t’aime aujourd’hui et à jamais. Adieu mon amour. Marc »

 

Les larmes que j’avais enfouies depuis dix ans s’écoulaient en vagues successives sur mon visage. Il était revenu, mais avec qui m’avait-il aperçu ? Je n’avais jamais aimé quelqu’un d’autre que lui. J’espérais encore son retour, sachant que le lien qui nous unissait, depuis notre enfance à l’orphelinat, ne pouvait être rompu. Et là, devant ses mots merveilleux, je perdais tout espoir. Il avait dû me voir avec mon patron, je ne voyais pas d’autre explication. En bas de sa lettre, il y avait le nom, l’adresse et le téléphone portable d’un notaire disponible dès que je ferais le numéro avait-il ajouté. Je composai le numéro le cœur battant.

 

« Maître Vignasson, à qui ai-je le plaisir ? »

« Anna Duvallon, je viens de recevoir une lettre de Marc Bresson qui me demande de vous appeler. »

« Très bien, je vois de quoi il s’agit. Pouvez-vous venir à mon étude tout de suite? »

« J’arrive. »

 

Les locaux de l’office notarial sont luxueux et le notaire sympathique. Posé en évidence sur son bureau, il y a un paquet cadeau.

 

« C’est pour vous. Signez là ! »

 

Je signe et prends le paquet que j’ouvre délicatement. Je découvre à l’intérieur le panier en osier que j’avais réalisé pour lui à l’orphelinat. Il m’avait fait le même. Chez moi, il contient le courrier auquel je dois répondre. A l’intérieur de ce panier, il y a toutes les cartes d’anniversaire et les mots doux que je lui ai écrit depuis notre rencontre à sept ans jusqu’à notre départ de l’orphelinat à 18 ans. Plus émouvant encore, les scoubidous que nous avions réalisés pour les clefs de notre premier appartement. Quand il m’a quitté, il les avait emportés. Aujourd’hui, ils sont attachés aux clefs de la maison qu’il a fait faire pour nous. Enfin, je redécouvre les photos qu’il avait emportées lors de son départ, il y a dix ans. 2 photos par an à l’orphelinat. 24 photos réunies là et nous montrant à tous les âges. Mes larmes ruissellent sur mon visage. Tant d’amour dans ces petites choses si précieuses pour nous deux.

 

Une heure plus tard, je sortais de l’étude avec mon panier et ses merveilles, 20 ans de souvenirs merveilleux, les clefs et photos de la maison de nos rêves et un chèque de près de trois millions d’euros pour réaliser tous les projets que nous avions eu ensemble.

 

Je me suis rendue au bureau, j’ai repris mes affaires et quitté mon patron sans regret. Je partais nous fabriquer de nouveaux souvenirs et réaliser les rêves que nous avions bâtis pendant vingt ans. Demain serait un jour nouveau où tout était possible et je savais qu’au bout de ce chemin, je le retrouverais et j’aurais des tas de belles choses à lui raconter.

 

Maridan 22/06/2017 19h17



05/07/2018
12 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 90 autres membres