Maridan Gyres

Maridan Gyres

La solitude

Je n’ai pas eu de famille

Jamais de Noël où les sapins brillent.

Ma seule richesse, c’étaient mes yeux

Qui observaient les enfants joyeux.

 

Toute ma vie, j’ai essayé d’être

Alors que tant d’autres veulent paraître.

J’ai été abandonné une nuit de novembre

Dans un hôtel miteux, une petite chambre.

 

J’ai appris à ressentir par le toucher

Et ce, bien avant de savoir marcher.

Aujourd’hui, ma détresse m’éclaire

Chaque nuit, je rêve de ma mère.

 

Elle me consume telle une flamme.

Etais-je si laide ? N’avais-je point d’âme ?

Longtemps, je me suis couché en priant

M’imaginant la retrouver me souriant

 

Mes rêves sont devenus la patrie

De mes angoisses, de mes insomnies

Le temps a passé, je n’ai plus de pleurs

La nuit, sans cesse, je compte les heures

 

Ma solitude est comme un phare

Qui illumine mon désespoir

Je me ressource près des roseaux

Autour desquels volent tant d’oiseaux

 

Ils m’offrent un peu de leur sérénité

Et mon cœur enfin peut s’apaiser

Admirer tout autour tant de beauté

Je comprends que c’est là qu’est ma vérité

 

Maridan 8/04/2018



08/04/2018
19 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 90 autres membres