Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

ATELIER 96 CHEZ GHISLAINE

Le début de l'histoire ici

RSCN0135.JPG

Notre dernier repas pour célébrer ses 61 ans de mariage avec sa femme.

L’histoire aurait pu s’arrêter là, mais quelquefois, le destin s’acharne, juge que vous n’avez pas assez souffert, et il en rajoute une couche. Non content d’avoir permis à mon père de disparaître cinq jours après mon anniversaire, il vient de m’enlever mon beau-père cinq jours avant. Juste histoire de ne pas confondre les deux dates.

 

Je devais faire la fête, j’avais lancé les invitations, cela devait avoir lieux dans le cadre de mon jardin. La verdure était à son apogée, le ciel était d’un bleu lumineux, tout autour de moi, les oiseaux gazouillaient et faisaient entendre leurs jolies mélodies à tous les passants.

 

Je croyais vouloir faire la fête, comme si la camarde prenait des vacances ou se souciait de nos desiderata. Pourquoi célébrer cette date, aujourd’hui mon anniversaire est situé pile au milieu de la mort de deux êtres qui m’étaient chers.

 

Il n’y aura plus d’anniversaire pour moi. Désormais, je ne vieillirai plus, le sang ne coulera plus, je vais vivre chaque instant pour moi, pour eux, pour pouvoir leur raconter tout ce qu’ils ont loupé.  Parler avec eux des merveilles de notre monde et de la force que j’ai eu de ne pas sombrer lors de leurs départs.

 

Qu’importe si mes os se fragilisent, si mes muscles fondent, comme mon poids ces derniers jours. Je sens battre mon cœur, je sens le sang qui continue de couler dans mes veines et tout cela est une ode magnifique à la vie, à l’amour. Alors je lève l’étendard de la bataille, ma bataille pour la vie et pour tout ce que ce monde a de beau et de grandiose.

 

Maridan 25/05/2019



25/05/2019
25 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 104 autres membres