Maridan Gyres

Maridan Gyres

3 titres de livre ont donné naissance à cette histoire

L’inconnu du donjon

 

 

Horreur, je me suis égarée dans les bois, je commence à avoir très peur et à délirer. Derrière cet arbre j’ai vu une ombre, que va-t-il m’arriver ? Ce n’est pas normal !

Ah ! Ce cri, qu’est-ce que c’était ? Mon dieu si cela continue, je vais devenir folle, mangée par un ours ou un loup, que sais-je ?

Ouf ! Ce n’était qu’un lapin qui s’est pris la patte dans un piège, vite je délivre la pauvre bête et après un gros câlin, le voilà qui file à l’anglaise. Dommage ! J’aurais vraiment aimé le garder serrer contre moi encore un peu mais, j’ai bien senti sa terreur et je n’ai pas osé lui infliger ma propre angoisse.

Après avoir marché des heures, me semble-t-il, j’arrive enfin à un chemin. Devant moi, il y a une tour qui semble avoir été bâtie il y a des centaines d’années. N’ayant pas d’autre possibilité, de rejoindre la civilisation, à proximité, je me résigne à sonner à la porte.

Qu’elle n’est pas ma surprise lorsque la porte s’ouvre, avant même que j’ai touché la sonnette, et qu’un homme s’approche de moi.

« Comment puis-je vous aider ? »

Mon dieu qu’il est vilain ! Va-t-il me faire violence ? J’ai très envie de faire demi tour et de partir en courant.

« Je me suis perdue, auriez-vous un téléphone que je puisse appeler de l’aide ? »

« Bien sûr, entrez ! »

Pas très rassurée, j’entre dans le donjon austère. Aussitôt passé la porte, celle-ci se referme toute seule dans un grincement sinistre.

 

Tous les chats ne sont pas en peluche

 

Tandis que mon hôte s’éloigne, je m’approche de la cheminée qui est monumentale. Un feu est allumé ce qui donne à la pièce un aspect chaleureux. Devant cet âtre imposant un large fauteuil me tend les bras. Je m’y installe lorsque j’aperçois à côté de ce siège une superbe peluche. C’est un joli chat roux. Comme le vilain tarde à revenir avec son téléphone, je m’approche de l’objet. Au moment où je m’apprête à le saisir, le chat ouvre un œil et me dit :

« Ça ne va pas la tête ! Ne vas pas mélanger ma fourrure avec tes mains pleine de doigts, sinon je te griffe le museau. Assieds toi et fiche moi la paix !»

Et bien ! La peluche à vraiment un fichu caractère. Un chat qui parle, on aura tout vu !

Au secours, il veut m’épouser !

 tc62016bb-z.jpg

Je commence à me dire que je ne suis pas sortie de l’auberge quand soudain, mon hôte revient. Je suis effarée lorsque je constate qu’il s’est changé. A présent il porte un smoking noir, très élégant, il semble avoir gominé ses cheveux. Il s’avance vers moi et me tend un grand carton.

« Prenez c’est pour vous, j’espère qu’elle vous plaira ? »

Surprise je le remercie et je lui dis que je n’ai besoin de rien d’autre que d’un téléphone.

« Ouvrez la boite ? », insiste-t-il

J’ouvre et là, stupéfaction ! Je vois une magnifique robe de mariée.

« Je ne comprends pas ! Pourquoi cette robe ? »

« Il y a rien à comprendre ! Ma mère m’avait prédit il y à deux cent cinquante ans, qu’un jour une jeune femme, qui me serait promise, franchirait cette porte. Voulez-vous m’épousez ? »

« Êtes-vous devenu fou ? Ça ne va pas la tête ! »

Et le voilà qui se penche vers moi pour m’embrasser. J’ai beau me débattre comme un beau diable, il me lèche littéralement la figure. Finalement je remue tellement que je tombe sur le sol.

Et je vois mon brave chien Vasco tout excité qui continue de me débarbouiller. Ouf ! Ce n’était qu’un affreux cauchemar.

Maridan - 16/01/2013



10/07/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 101 autres membres