Maridan Gyres

Maridan Gyres

Un livre un don

Ce texte m'a été inspiré par mes amies Cat et Martine qui tiennent cette merveilleuse librairie, un livre, un don. Le but de cette librairie, vous offrir le livre ou les cartes de votre choix contre la preuve d'un don à l'une des associations qu'elles parrainent. Je vous redonne le lien pour visiter leur merveilleux blog :

http://unlivre-undon.blog4ever.com/

 

Un livre un don

 

C’était arrivé comme ça ! Sans bruit, une nuit de déshérence de plus. Cela avait pris corps en elle, ça avait soulevé toutes ses douleurs enfouies, toutes ses révoltes tues, ensevelies au cours des années passées et soudain, cela avait jailli au cœur d’un cri muet qui l’avait redressée et mise en marche.

 

Aujourd’hui, cinq ans après ce grand bouleversement, elle les regardait, tous réunis devant elle. Armée silencieuse d’une humanité souffrante prête à agir, à s’investir pour le besoin de tous. Elle prend son temps, respire et fait le vide en elle avant de prendre la parole et agir. Se donner le temps de réfléchir pour ne pas se vautrer et poser le mot juste, au bon moment.

 

La première fois, elle avait lancé une sortie sur le site d’O.V.S. (on va sortir). Le thème qu’elle avait choisi était dans la catégorie loisirs gratuits. Elle avait noté le maximum de participants autorisés, à savoir 20 personnes. Et 20 personnes s’étaient inscrites pour se divertir. Mais s’étaient-elles vraiment diverties ?

 

Elle ne le pense pas. Elle se souvient de ses premiers mots face à ses visages en attente :

 

«  Si on vous donnait le pouvoir de changer notre monde, quelle serait votre première action ? »

 

Quelque chose de merveilleux s’était mis en route ce jour-là ! Et aujourd’hui, ils étaient des milliers en France et cela commençait à déborder sur les pays frontaliers. Le premier pays limitrophe à les avoir rejoints avait été l’Espagne et ses indignés, puis il y avait eu les Italiens, les Grecs, etc. Encore quelques mois, et leur chant d’amour couvrirait le monde.

 

Et pourtant, cela avait été si simple, limpide même. Les idées proposées avaient été dictées par le bon sens, et les 20 du début avaient dressé la liste des priorités :

 

  1. Nourrir ceux qui ont faim
  2. Éduquer les clandestins pour leur rendre l’intégration possible
  3. Simplifier la vie des sans domicile fixe
  4. Soigner les malades ne bénéficiant d’aucune aide
  5. Accompagner les anciens
  6. Soutenir les dépressifs
  7. Boycotter les grandes surfaces et tous leurs empoisonneurs et surtout tous les emballages plastiques qui polluent nos océans
  8. Rendre la terre aux petits agriculteurs pour qu’ils produisent à proximité des gens
  9. Favoriser les achats près de chez soi en sponsorisant des coopératives d’agriculteurs et d’éleveurs.
  10. Généraliser le troc
  11. Favoriser l’autarcie alimentaire en mettant en place des coopératives de jardins pour ceux qui n’ont pas de terre à exploiter, afin de limiter les terres en friches.
  12. Créer des ateliers loisirs pour tous, jeunes et vieux, pour réapprendre à vivre ensemble.
  13. Fermer les téléviseurs et réapprendre aux enfants les joies de la nature et de l’imaginaire.
  14. Remettre au goût du jour les jeux anciens osselets, cyclistes, billes et en inventer d’autres
  15. Réactiver les contes et les veillées autour d’un bon feu ou d’une cheminée
  16. Favoriser les vacances en famille pour les orphelins et les anciens isolés. Recruter des familles prêtes à accueillir un jeune ou un vieux pour des vacances en famille.
  17. Créer des lieux d’échange ou chacun apporte son savoir-faire et repart avec celui d’un autre.
  18. Aider les gens à créer des entreprises innovantes en matière de bien-être
  19. Favoriser le partage des ressources
  20. Mépriser l’argent des banques en créant des monnaies factices sur lesquelles les banques ne puissent plus jamais spéculer

 

Bien qu’ils aient été les artisans de ces brillantes idées, certains avaient vite abandonné le groupe devant les difficultés rencontrées. Mais d’autres étaient venus prendre leur place ramenant à chaque fois de nouveaux participants et de nouvelles idées. Aujourd’hui, face à elle, il y avait 20.000 personnes prêtes à s’investir à leur tour dans cette aventure.

 

« Merci ! Merci à vous tous pour tout ce que vous avez entrepris et pour tout ce que nous allons continuer à faire ensemble. Notre association « Vivre ensemble » est le résultat de vos efforts passés et de votre dévouement à cette cause. Ces trois dernières années, la criminalité a chuté de 30% dans les cités et c’est vous les bâtisseurs de cette réalité. Vous qui avez relevé vos manches et êtes partis à la rencontre de ces jeunes désœuvrés qui ne demandaient pas mieux que de sortir des ghettos où nos politiques les avaient parqués.

 

À présent, les résultats de nos actions :

 

  • Deux millions de repas offerts aux restos du cœur,
  • L’argent des dons a permis de financer :

         -  le retour à la terre de cinquante agriculteurs, qui fournissent des produits de qualité à 100 points de vente à travers la

             France,

          - et de 20 éleveurs qui font le relais pour fournir de bons produits à nos cinquante coopératives.

  • L’aide aux vacances en famille a permis à 8020 jeunes et 30.000 personnes âgées de sortir de leur isolement. Nous devons mieux communiquer sur le besoin des jeunes orphelins. Beaucoup de famille hésitent encore à prendre en charge les jeunes de plus de 14 ans.
  • Notre système de troc a permis le retour à la vie sociale de milliers de gens, soit par l’apprentissage d’un nouveau métier, soit par le retour de la confiance en eux, grâce aux formations qu’ils ont pu prodiguer. Tous les retours du troc nous confirment que nous sommes sur un vrai besoin de contacts humains et d’envie de formation gratuite et ludique.
  • Les ateliers loisirs ont connu un tel succès que nous prévoyons d’en ouvrir des nouveaux dans près de 20 villes supplémentaires, tous animées par des bénévoles.
  • Le système de notre monnaie est de plus en plus facilement accepté par les commerçants proches de nos coopératives et de nos ateliers. Nous avons été contactés par plusieurs banques pour mettre en œuvre un partenariat. Cette décision sera soumise aux votes. Pour notre part, nous ne souhaitons pas y adhérer sans garanties de cantonnement des actifs. Sans accord, les banques nous menacent de procédures judiciaires pour concurrence déloyale. Nos juristes travaillent actuellement sur les réponses à apporter à ces attaques.
  • Un de nos adhérents  a créé une entreprise de jeux anciens, son succès dépasse toutes nos espérances. Les quinquagénaires ont été les premiers à favoriser le retour de ces jeux qui réapparaissent dans les cours de récréation, pour le plus grand plaisir des enseignements.
  • Carrefour, Leclerc et Casino ont annoncé cette semaine l’abandon des plastiques dans leurs rayons. Les autres ne devraient pas tarder à suivre ce mouvement.
  • Les mairies de plusieurs grandes villes ont mis à la disposition des sans domicile fixe, pour l’hiver, les gymnases et les écoles de 22h à 6h le matin. De leur côté, les SDF se sont organisés pour rendre les lieux propres chaque matin avant l’ouverture des classes. Jusqu’à présent, ces initiatives se passent bien.
  • Nous n’avons pas encore de retour sur les autres points, mais nous vous les communiquerons dès que possible. »

 

Ce discours avait clôturé la 20ème édition de l’association « vivre ensemble ». À la sortie, elle avait pris une centaine d’adhésions de plus. Les gens commençaient à y croire. Il en était passé du temps depuis le petit fascicule des indignés de Stéphane Hessel. « Indignez-vous », avait-il écrit et clamé à travers le monde. Son message avait été entendu. Un mouvement était en route que plus rien n’arrêterait désormais.

 

Maridan Gyres 1/07/2015

 



01/07/2015
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 82 autres membres