Maridan Gyres

Maridan Gyres

Un cri au coeur de la nuit

 

Tu es là, rampante dans la nuit noire.

Insidieusement, tu agresses l’un après l’autre

Les muscles de mes jambes au désespoir

Elles se mettent à prier tous les apôtres

 

Mais aucune issue ne surgit

Et mes cris se perdent dans la nuit

Étouffés au fond de ma gorge

Avec le courage que, jour après jour, je me forge

 

Des médecins impuissants et obscurs

Me proposent mille cures

Sans savoir vraiment

D’où viennent mes tourments

 

Un jour c’est la Fibromyalgie

Le lendemain, Psoriasis articulaire

Ils ne sont pas avares en âneries

Et commencent tous à me plaire

 

Prenez madame, mes bons médicaments

Ils ne vous guériront pas

Mais apaiseront vos tourments

Ces prescripteurs scélérats

 

Se nourrissent de nos maux

Tout est psychosomatique

Ou alors c’est juste un bobo

Qui est devenu chronique

 

Mais bien sûr, vilain charlatan

Et tandis que tu te nourris de mon argent

Il me prend l’envie de causer ton tourment

En te bourrant à mon tour de tes médicaments

 

J’aimerais tant voir sur toi,

Tous les effets secondaires que j’ai eus

Ton teint devenir caca d’oie

Tandis que tu n’en peux plus.

 

Allez va, je reste à mon clavier

À vider mes billevesées

À défaut de pouvoir te donner

Une correction bien méritée.

 

Maridan 12/07/2015



12/07/2015
15 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 82 autres membres