Maridan Gyres

Maridan Gyres

La mère que l'on voit danser

DSCN4483.JPG

Tu la regardes

Elle, toujours si belle,

Mais elle t’ignore

Et toi, tu pleures.

 

Bien que tu parades

Fleur de jouvencelle,

Elle te blesse encore

Et te brise le cœur.

 

Oui, elle est ta mère.

En ton âme amère

Fleurit la colère.

Ne la laisse pas faire.

 

Tout ça, c’était hier.

Oublie ces chimères

Qui te privent d’air.

Regarde en l’air

 

Tu es un phénix

Un astre que l’on fixe

Une chrysalide

Prête à sortir du vide

 

Regarde plus loin

Poursuis ton chemin.

Laisse la partir

Et cesse de souffrir

 

Maridan 17/03/2016



17/03/2016
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 81 autres membres