Maridan Gyres

Maridan Gyres

Hippocrate aux enfers - Michel Cymes

Je ne devrais pas le ranger dans la catégorie livres que j'ai aimé. J'ai du le poser, souvent, tant l'abjection y est présente. Michel Cymes dresse une liste des horreurs pratiquées par les médecins allemands.
 
Un livre que l'on découvre avec horreur, à l'heure où dans notre pays le front national grimpe dans les sondages. Des médecins, tortionnaires des SS, collaborateurs zélés des laboratoires, complices de recherches immondes, et tout cela parrainé par tous les états après la défaite de l'Allemagne nazie.
Allemagne, certes, mais aussi les USA, la France, l'Espagne et tant d'autres qui ont fait échapper les bourreaux à la justice pour pouvoir utiliser leurs compétences plus que douteuses.
 
Je pensais avoir déjà tout lu sur cette période sombre de notre historie, j'en étais très loin.
 
Honte à ces médec'ecins, mais plus encore aux Etats qui ont continué à les utiliser pour qu'ils échappent à leurs chatiments.
 
Quelques liens pour vous faire une idée à propos d'un produit largement préconisé par tous ces pseudos médecins et leurs potes de l'industrie pharmaceutique. Âmes sensibles s'abstenir.
 

 

 

Extrait

 
 
 

Extrait du prologue

C'était là.Je suis face à une bâtisse aux portes fermées, semblable aux autres bâtiments alentour.C'est là que tant de cobayes humains ont subi les sévices de ceux qui étaient appelés «docteurs», des docteurs que mes deux grands-pères, disparus dans ce sinistre camp, ont peut-être croisés.C'est là que le plus célèbre d'entre eux, Josef Mengele, observait avec avidité les jumeaux qu'il allait sacrifier. Puis autopsier.Autopsier pour voir.Pour essayer de trouver.Pour essayer de comprendre.Voir, trouver, comprendre... mais quoi ?Je suis saisi, muet, pétrifié, devant ce lieu chargé d'horreurs.Derrière ces murs, ces fenêtres fermées, ces portes closes, j'entends les cris, les pleurs.Je devine les corps décharnés se tordant de douleur, suppliant, toutes les images atroces que l'histoire de cette période porte sur ses bras.Je suis à Auschwitz-Birkenau.Il s'agit d'un voyage de mémoire, un pèlerinage personnel que j'ai maintes fois repoussé.Là, devant ce bâtiment, mon coeur de médecin ne comprend pas.Comment peut-on vouloir épouser un métier dont le but ultime est de sauver des vies et donner la mort à ceux que l'on ne considère plus comme des êtres humains ?Je sais que c'est une question naïve, simpliste, et je ne peux que la formuler. Je veux savoir.Maintes fois, j'ai lu et relu ceux qui essaient d'expliquer l'inexplicable.Mais là, sur les lieux du crime, je vois.Plus d'analyses. Plus d'explications.Juste l'effroi.L'horreur par procuration. Témoigner.Un mot. Un sentiment. Une injonction qui me vient brutalement ce jour-là, en même temps qu'un sentiment d'indécence. De quoi témoignerais-je, moi qui n'ai rien vécu de tel. De quoi parlerais-je ?De mon émotion ? De ma souffrance morale ?

 

Revue de presse

Comment un médecin peut-il devenir un bourreau ?...
A travers une série de portraits, véritable galerie de monstres, son interrogation perdure. Car ils n'étaient pas fous, ces docteurs de l'horreur qui pratiquaient des expériences sur des cobayes humains. Juste des serviteurs zélés du nazisme, déshumanisés et sadiques...
Né d'une nécessité pressante, son livre, nourri des travaux de François Bayle, de Christian Bernadac et de Philippe Aziz, a l'intérêt de confronter le regard d'un médecin à des expériences aberrantes dont il démontre la sauvagerie autant que l'inanité - car certaines voix allèguent en sourdine qu'elles auraient permis des avancées scientifiques. (Claire Julliard - L'Obs du 26 février 2015)


03/03/2016
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 82 autres membres