Maridan Gyres

Maridan Gyres

D'après les rimes de la Fileuse de Paul Valéry

 

Sur la croisée,

je dodeline,

l’âme grisée

 

Sur sa bouche câline

D’une douceur évasive,

Je m’incline.

 

Je ne suis plus si vive

Quand son désir m’arrose,

Je deviens oisive

 

Et tandis que je me repose

Sous la nuit étoilée,

Mes joues se couvrent de rose.

 Afficher l'image d'origine

En tête, Une pensée isolée

Virevolte et tresse

Ma passion filée

 

J’aspire à la paresse

Devenir crédule

Encore une caresse

 

Pour magnifier mon crépuscule.

De son ardeur, je suis ceinte

Et son amour me brûle.

 

Je ne suis pas une sainte,

Je perds haleine.

Dans ses bras, je me suis éteinte

 

Sur une couverture de laine.

 

Maridan 1/02/2016

 

D’après les rimes de la fileuse de Paul Valéry



06/02/2016
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 82 autres membres