Maridan Gyres

Maridan Gyres

Ce soir j'ai du vague à l'âme

Elle était belle, comme un soleil. Quand elle entrait dans une pièce, la vie entrait avec elle. Je l'admirais comme une enfant peut rester en admiration devant une maman trop belle. Et puis, il y avait lui, cet homme, mon père, qui avait fait d'elle une déesse, la hissant sur un piédestal dont le sommet disparaissait parmi les étoiles. Il y a quatorze ans, il a disparu en lui faisant promettre qu'elle survivrait.

 

Mais peut-on survivre à un amour aussi grand ? Petit à petit, je l'ai vu se perdre, s'abandonner. Lentement, mais surement, elle s'est laissé aller. J'aurais sans doute pu m'en rendre compte plus vite...

 

Malheureusement, ce ne fut pas le cas. Un jour pourtant, je me suis interrogée sur ces coups de fil répétitifs où elle me demandait 10, 15, 20 fois la même chose. Un rendez-vous prit en cachette chez le neurologue m'apprit qu'elle avait fait une attaque cérébrale qui lui avait endommagé le cerveau. Plus de mémoire immédiate. Il était donc inutile de m'énerver parce qu'elle me répétait sans cesse la même chose. Mais le pire restait à venir...

 

Depuis un peu plus d'un mois, elle a perdu l'hygiène de sa maison, elle se moque que ce soit le foutoir, elle mange et laisse tout tomber sur le sol. Un vrai cauchemar quand je repense à la femme coquette et soignée qu'elle était. Et puis, elle ne veut plus bouger. La sortir de chez elle est devenu un vrai combat. Combien de temps avant la prochaine dégradation ? Je l'ignore...

 

Si vous avez vécu cela, merci de me dire ce que vous avez fait pour aider la personne ainsi diminuée. J'ai mis en place une aide ménagère, une orthophoniste qui la fait réfléchir, jouer, mais c'est si peu... Je ne sais plus quoi faire.



27/12/2014
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 83 autres membres