Maridan Gyres

Maridan Gyres

Atelier 25 chez Ghislaine

Mots :  Prêt, choisir, quitter, sembler, garder, bonheur, habitude, moment.

Afficher l'image d'origine

 

Il était prêt. Enfin prêt à choisir ce qu’allait être sa destinée. Partir et tout quitter ou s’affranchir de ses peurs et garder son train-train quotidien.

 

Pendant des années, il s’était habitué à ses misères quotidiennes, persuadé que rien ne change vraiment pour les gens comme lui.  Ouvrier à la chaîne, il jouait à être un autre chaque week-end en changeant de ville. Tout avait commencé, un matin de juillet, sur une plage de la manche. Un gars s’était approché de lui et lui avait demandé s’il aimerait faire du mannequinat. Sur le moment, il avait pensé à une mauvaise blague de ses copains venus avec lui en vacances. À force de sembler être un autre, il avait fini par décrocher un vrai boulot.

 

Seulement voilà annoncer à sa femme que le pognon qu’il lui ramenait à présent provenait de ses prestations de gogo danseur, c’était l’assurance d’une crise d’hystérie. Or il voulait garder sa femme. C’était la seule belle chose de sa vie. C’est elle qui lui a fait croire au bonheur et remis de la lumière dans sa vie. Elle avait pris goût à l’argent facile et  ses dépenses incessantes étaient devenues une habitude qui l’enfonçait, lui, chaque jour un peu plus dans ses mensonges.

 

Le moment était venu de tout lui raconter. Si elle lui en voulait, il partirait et rebâtirait sa vie ailleurs en essayant de l’oublier. La peur lui nouait le ventre, mais prenant son courage à deux mains, il entra dans la maison et lui révéla tout.

 

Dans ses yeux, il ne vit ni colère ni rejet, juste un immense soulagement et des larmes se mirent à couleur sur le visage aimé. Elle lui avoua qu’elle avait découvert son job lors d’une sortie avec ses amies. Elle avait espéré pendant des mois qu’il lui en parle, en vain. Alors elle avait joué les acheteuses compulsives en espérant déclencher quelque chose.

 

Ivre de soulagement, il la souleva de terre, la fit tournoyer et lui promis que désormais, elle serait de tous ses spectacles.

 

« C’est heureux, lui dit-elle, car le bébé que je porte aura besoin d’entendre son père. »

 

À compter de ce jour, il n’y eut plus de secret entre eux.

 

Maridan 3/02/2017

 

 L'atelier de Ghislaine :  http://ghislaine53.eklablog.com/



03/02/2017
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 81 autres membres