Maridan Gyres

Maridan Gyres

Le conte qui est naît d'une illustration de mon amie Aquarella

 

 

La mare aux nénuphars :  http://imaginair.blog4ever.com/la-danse-des-clochettes

 

 

 

 

 

 

La fée Clochette et sa petite fille sont inquiètes. Ce matin, toutes les jolies clochettes de mai volent de droite à gauche au lieu de rester attachées à leurs tiges. Madame Grenouille s’amuse beaucoup à les voir voleter d’un coin à l’autre du bois joli. Il faut dire qu’elle et ses amies ont décroché toutes les clochettes avec la complicité du petit lutin qui leur a fait boire de la liqueur de pitrerie.

 

 

 

Dès qu’un être du Bois Joli boit cette liqueur, il ne songe plus qu’à faire des sottises. Cela fait que les lutins se tordent de rire à voir les fées et les grenouilles s’agiter en tous sens.

 

 

 

Les mouvements des fées sont gracieux, mais ceux des grenouilles sont totalement désordonnés et comme elles ne cessent de rire bêtement, les deux petites fées ont compris que cet événement n’était pas dû au hasard, mais bien à une intention malveillante. Or de mémoire de lutin, on sait bien qu’il n’est pas bon se moquer des fées.

 

 

 

Madame tortue qui arrive lentement au bord de l’eau remarque une grenouille hilare qui ne cesse de basculer et qui risque fort de chuter dans l’eau. Un peu plus loin, elle surprend les fées qui volent en tous sens pour attraper les clochettes et les pendre à nouveau aux tiges du muguet. Elles s’épuisent à s’agiter ainsi et Madame Tortue est triste pour elles. Aussi, quand elle aperçoit le lutin qui se tord de rire, elle devine que le vilain n’est pas étranger à cette affaire. Comme ce gredin lui a déjà joué un mauvais tour, elle appelle la fée Mélusine à son aide et aussitôt la mère de toutes les fées apparaît.

 

 

 

« Que se passe-t-il ici ? »

 

 

 

Surpris le lutin se sauve en courant, Madame Grenouille et ses amies encore un peu saoules n’ont pas peur et sont reprises d’un fou rire sans fin. D’un coup de baguette, la fée Mélusine rattache toutes les clochettes, dégrise les grenouilles et remercie Madame Tortue.

 

 

 

« Qui est à l’origine de cette sottise ? » demande-t-elle. Madame Tortue n’est pas pour la délation, alors elle ne dit rien. La fée Clochette et sa fille l’ignorent aussi. Quant aux grenouilles bien contentes de ne plus rire à gorge déployée, elles accusent sans sourciller l’affreux lutin.

 

 

 

« Puisque ce gredin a troublé l’ordre du bois joli, je le condamne à être la cinquième roue du carrosse.  des fées clochettes. Il devra passer derrière elles tout le printemps, jusqu’à ce que le dernier brin de muguet soit offert. Et tout le temps que durera sa punition, il ne pourra pas participer aux fêtes du Bois Joli. »

 

 

 

Seulement voilà, les fées clochettes sont bonnes et voir ce pauvre lutin privé de fêtes tout le printemps leur fait mal au cœur. C’est pourquoi après une semaine sans réjouissances, elles lui ont pardonné sa mauvaise blague et l’on intégré à leur duo pour qu’il ne soit plus mis à l’écart.

 

 

 

Maridan 28/04/2017

 

 



28/04/2017
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 82 autres membres