Maridan Gyres

Maridan Gyres

6 - Dîner à la table du commandant - Tony

Début de l'histoire : http://maridan-gyres.blog4ever.com/presentation-des-quatre-personnages

 

Pour chasser sa tendre compagne de ses pensées, il songe aux préparatifs qu’il a mis en œuvre pour arriver correctement habillé à cette table. Là aussi, il va devoir faire des efforts, car sa tendre Lucie est coquette. Il a fait l’inventaire de sa valise  et le constat était affligeant. Deux jeans, un pantalon en lin, achat de la veille, trois polos un blanc, un noir, un gris. Cinq boxers et cinq paires de chaussettes. Une paire de sandales complétait son trousseau.

Cela fera bien l’affaire pour ce voyage, mais avant de rentrer, il devra faire quelques courses. Pour l’occasion, il a choisi son nouveau pantalon de lin beige et le polo gris.  Devant sa tête de déterré, il avait choisi de prendre une bonne douche froide, il ne connait rien de mieux comme remède à la gueule de bois. Tandis que l’eau ruisselait sur son corps noué, il s’était projetait dans l’avenir. Il se voyait conquérant reprenant avec ardeur le cœur de sa bien-aimée ou pantin larmoyant et pathétique devant une Lucie figée et froide comme la glace. Il sait qu’il est à l’aube d’une nouvelle vie et que celle-ci ne lui sera pas donnée sans effort conséquent de sa part. Hier soir, il s’est noyé dans le bourbon et la masse de ses contradictions, mais ce midi, en se regardant dans la glace de sa cabine, il s’est trouvé « présentable ».

 

Il s’est parfumé, chose exceptionnelle chez lui, mais qui plaît beaucoup à sa compagne, alors il tente de s’y habituer. Ce n’est pas son seul achat pour lui faire plaisir. Tandis qu’il détache ses pensées de ses souvenirs, il caresse l’écrin dans sa poche. Il a acheté une jolie bague pour leurs retrouvailles.  Elle aime les bijoux discrets, alors il a choisi un anneau en dentelle d’or, taille 54. Elle a des doigts si fins, il espère ne pas s’être trompé de taille. S’il arrive à rester sobre jusque-là, il lui offrira cette bague. Lentement, il caresse l’anneau. Il faut qu’il réussisse à ne pas boire les prochains jours. Son bonheur est à ce prix. Il a le pressentiment que c’est sa dernière chance de conjurer le sort qui s’est abattu sur lui à sa naissance et qui a conduit sa mère à l’abandonner.

 

Il veut des enfants avec elle et avec nulle autre. Pour elle, il sera un bon mari et un vrai père. Il donnera à leurs enfants tout l’amour dont personne, avant elle, n’a voulu. Il a quitté sa cabine après avoir jeté sa dernière bouteille de bourbon vide à la poubelle. Avec elle, il a jeté ses regrets. Aujourd’hui est un jour neuf, l’ardoise est nettoyée. Il lui reste à bâtir une nouvelle vie. C’est à tout cela qu’il songe tandis que les autres convives s’approchent de la table pour le rejoindre.

 

Pari de ce jour ; tenir jusqu’à ce soir, sans une goutte d’alcool. Ce ne sera pas facile, il n’est pas dupe, mais il va s’accrocher. Et c’est en souriant qu’il accueille le commandant et ses invités

 

Maridan 3/08/2016

 

Suite du roman :  http://maridan-gyres.blog4ever.com/diner-a-la-table-du-commandant

.



03/08/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 82 autres membres