Maridan Gyres

Maridan Gyres

11 -

Afficher l'image d'origine

Véronique et Yves se sont installés à une table pour deux, dans un coin isolé de la salle.  Ce soir, elle a passé une jolie robe rose perlé qui lui va très bien. Cela la rend moins austère. Yves perçoit néanmoins qu’elle est encore tendue. Pourquoi cette femme est-elle toujours sur la défensive ?

 

Tony qui les observe de loin a remarqué lui aussi cette tension. Il reconnait quelque chose en elle, mais quoi ? Il l’ignore, mais de manière inexorable, elle attire à chaque fois son attention.

 

Yves semble plus à son aise. Il lui parle en souriant. Pas franchement dragueur. Plutôt comme un maître-chien qui cherche à amadouer un animal rétif. Allons bons, voilà qu’il divague. Il quitte le couple des yeux et revient à son assiette.

 

« Pourquoi diable, ces deux-là attirent-ils mon attention à chaque fois ? »

 

De manière délibérée, il s’emploie à faire le tour des tables de la salle du restaurant. Un peu plus loin, il remarque Patachou qui noircit des pages. À ce rythme, Véronique ne devra plus quitter sa chambre pour pouvoir lire toute sa prose. Ce sera peut-être une issue pour elle si elle veut fuir son compagnon de table.

 

Et le voici qui fixe à nouveau le couple. Lucie et moi, nous pourrions ressembler à cela dans quelques années. Ils vont bien ensemble. Ceux qui ne les connaissent pas doivent penser qu’ils sont un couple. Qui donc est le père de l’enfant qu’elle porte ? Une fois de plus, il voit sa main caresser son ventre. C’est un geste non contrôlé qu’elle a de temps en temps, comme si elle voulait protéger son enfant à venir. Mais le protéger de quoi, ou de qui ? Elle était seule lorsqu’elle est montée à bord. À table, elle n’a pas parlé de mari ou d’ami. A-t-elle était abandonnée ? Zut ! Voilà qu’il recommence.

 

-          Vous avez choisi monsieur ?

-          Oui. Servez-moi la formule à vingt-cinq euros avec salade aveyronnaise, sole meunière et tarte Tatin.

-          Vous désirez un apéritif ?

-          Non, merci. L’eau suffira.

-          Plate ou gazeuse ?

-          Non Château-la-Pompe, ça suffira !

-          Désolé monsieur, nous ne servons pas de carafe à bord.

-          Alors rien, merci.

 

Il a capté le regard narquois du serveur. Il s’en moque. Il ne va pas payer cinq euros de plus pour de l’eau. Il boira l’eau du robinet dans sa cabine et à la prochaine escale, il fera le plein de bouteilles d’eau. Il ne pensait pas dîner au restaurant, mais sa chère Lucie avait tout prévu et sa formule comprend la demi-pension. Il est donc assuré de se remplir le ventre tous les soirs.

 

Encore un repas sans alcool. Il sent la brûlure du manque qui lui vrille les entrailles, mais il doit résister. Il sait que les jours à venir vont être terribles, mais c’est le prix à payer pour la récupérer. Il se demande s’il y arrivera. En tout cas, il veut y croire. L’arrivée de sa salade met un terme à ses pensées. Et c’est avec gourmandise qu’il attaque son entrée.

Véronique

 

Elle commence à se détendre. Yves est un compagnon charmant. Il plaisante à propos de tout et de rien. Il invente des dialogues loufoques entre les passagers à table et cela colle parfaitement avec la tête qu’ils font. Il y a bien longtemps qu’elle n’avait pas ri autant. Elle observe son visage mobile. Ce n’est plus le même homme. Il ne cherche pas à la séduire. C’est plus un moment entre deux bons amis. Il ne lui fait plus peur. Elle n’a pas le souvenir d’une amitié avec un homme. Sa mère lui rabâchait sans cesse que les hommes n’avaient qu’une idée en tête, séduire les filles avant de les abandonner. Elle le lui avait tellement répété tout au long de son enfance qu’elle en avait fait une vérité.

 

Elle n’avait sa parole en doute qu’une seule fois. Elle venait d’avoir quinze ans. Comment s’appelait-il déjà ? C’est insensé ! Il a été son seul et unique amour et elle a oublié jusqu’à son prénom. Mais pas les instants de grâce passés auprès de lui.

 

Il faut dire que le retour avait été brutal. Elle était rentrée chez elle, la tête dans les étoiles. Elle avait perdu la notion du temps et ignorait totalement quelle heure, il pouvait être. Elle avait tout oublié dans ses bras, sous ses baisers et ses caresses. Personne, avant lui, n’avait été aussi tendre avec elle.

 

La gifle de son père l’avait brutalement ramenée à la réalité.

 

-          Où étais-tu ? avait-il hurlé.

-          Nous étions morts d’inquiétude, avait ajouté sa mère.

 

Son père avait aussitôt enchaîné :

 

-          Alors, vas-tu nous dire ce que tu as fichu jusqu’à cette heure  tardive?

 

Le reste, elle ne veut plus se le rappeler. À quoi bon remuer toute cette merde, tous ces mots qu’ils avaient dit et qu’elle avait dû ingérer à coups de baffes dans la figure ? Cette nuit-là, elle avait tiré un trait sur son enfance et sur ses parents. Elle avait décidé de commencer une nouvelle vie et s’était enfuie de chez elle. La seule chose, c’est qu’elle n’avait pas, un seul moment, pensé que cette nouvelle vie se ferait à deux. Son amour d’une nuit lui avait laissé un cadeau. Un enfant avait pris racine en elle et cela, elle ne l’avait découvert que deux mois plus tard, alors qu’elle travaillait comme serveuse dans un bar parisien.

Patrick

 

Seul à sa table Patrick continue d’écrire, il n’arrive plus à s’arrêter c’est un flot continu qui se déverse sur le papier. Le serveur vient de lui porter son entrée et il se force à lâcher son crayon pour manger. Il n’en revient pas de voir tout ce qui lui vient. Il ne maîtrise rien. Les mots se déversent et il noircit les pages les unes après les autres. C’est comme si toute sa vie, il avait engrangé des idées et aujourd’hui qu’il avait ouvert la porte, elles se déversaient en un torrent fougueux sur ses cahiers. À ce rythme, il lui faudrait en racheter à la prochaine escale. Finalement, et si c’était cela la vraie raison de son voyage, de sa séparation. Ce besoin quasi viscéral de se raconter. Lui, seul avec stylos et cahiers. La première vraie aventure de sa vie d’homme.

 

Il déguste avec plaisir son carpaccio de bœuf et en profite pour observer les couples autour de lui. Curieusement, il y en a très peu qui semblent heureux d’être ensemble. La plupart ne se parlent pas ou alors avec agressivité. Curieusement, c’est chez les jeunes gens qu’ils remarquent le plus de tendresse. Des mains qui se frôlent sur la table. Des baisers qui s’échangent. Des morceaux de leurs plats respectifs qu’ils se font goûter avec des sourires complices. Il n’a jamais connu cela, ni avec ses maîtresses ni avec celle qui était devenue sa femme. Maudite bonne femme ! Pourquoi a-t-il attendu si longtemps pour fuir cette garce ?

 

Il sourit soudain en imaginant la tête qu’elle a dû faire le matin, qui a suivi son départ, devant la cuisine vide, et surtout devant la disparition de ses moyens de paiements. Il avait préparé son départ depuis presque un an. Il avait vendu sa maison des Issambres à un Russe qui n’avait même pas discuté le prix. Ce qui fait qu’il se retrouvait à la tête d’un solide compte en banque.

 

Son avocat lui avait constitué une SCI dans laquelle il avait placé le bel appartement qu’il venait d’acquérir à Alicante. Vue sur mer, au cœur de la ville. Il est heureux de s’être construit ce patrimoine en douce. Si sa femme avait su que la maison qu’ils louaient chaque été était à lui, elle l’aurait hypothéquée pour assouvir sa frénésie d’achats. Il avait commencé à économiser il y a presque quinze ans. Lorsqu’il avait découvert les infidélités de sa chère épouse.

 

La seule chose que ses parents avaient exigée de lui c’était un contrat de séparation de biens. Sa femme ne les avait pas séduits et aujourd’hui il les en remerciait. À l’époque, cela l’avait choqué, mais c’était cela ou ils le déshériteraient. Quand il avait appris qu’elle le trompait avec un de ses collègues de travail, il avait compris le sens de cette sécurité qui l’avait en quelque sorte mis à l’abri. Hormis leur domicile conjugal, tous les biens qu’il avait acquis par la suite lui appartenaient en propre. Il ne pourrait vendre leur appartement sans son accord, mais pour le reste, elle ne toucherait pas un sou. Il s’en était assuré en mandatant son avocat pour qu’il fasse le nécessaire pour le désolidariser de toutes ses frasques à venir. Aujourd’hui, elle était seule responsable des dettes qu’elle contracterait. L’appartement serait vendu et la somme partagée entre eux deux. Compte tenu du dossier qu’il avait constitué contre elle, il ne serait pas contraint de lui verser une pension alimentaire. C’est elle qui avait refusé d’avoir des enfants avec lui. Il avait même appris, grâce au détective privé qu’il avait engagé que sa femme avait avorté trois ans après leur mariage, puis elle s’était fait ligaturer les trompes. Lui qui rêvait de fonder une famille avait été anéanti en l’apprenant.

 

Une fois encore, il se délecte de l’imaginer ouvrant son sac pour aller faire quelques achats et ne trouvant ni son chéquier ni ses moyens de paiement. La connaissant comme il la connaissait, il savait que son premier réflexe serait celui d’appeler leur banque. Mais là aussi, elle trouverait porte close. Car avec un compte à zéro et pas de revenu, jamais son banquier ne lui rendrait ses moyens de paiement. Elle s’en étoufferait de rage. Il termina son repas avec plaisir et rejoignit sa chambre pour continuer à écrire plus au calme. Il avait hâte d’avoir le retour de Véronique sur son premier cahier.

Yves

 Spectacles live de calibre mondial à couper le souffle

Le spectacle était vraiment super. Véronique et lui se sont régalés des facéties du comique qui singeait nos hommes politiques. Ses portraits au vitriol avaient arraché des fous rires à toute la salle. Après lui, ils avaient eu droit à un magicien qui les avait bluffés. Incroyable de voir les tours qu’il arrivait à faire sur une aussi petite scène. La soirée s’était terminée par de la danse et des danseuses sexy. Lorsqu’il avait invité Véronique à danser, il l’avait vu se raidir une fois de plus. Bien qu’ils aient passé une très agréable soirée et un après-midi sportif à la piscine, elle n’avait pas relâché sa vigilance.

 

Heureusement, elle avait fini par accepter une danse et petit à petit, elle avait fini par se détendre. À présent, elle était totalement détendue dans ses bras et elle glissait sur le pont avec beaucoup de grâce. La soirée s’était achevée sur une valse de Strauss et c’est même elle qui avait déposé un léger baiser sur sa joue. Alors pour ne pas rompre le charme, il avait fait de même en la raccompagnant jusqu’à sa cabine.

 

-          Bonne nuit, Véronique, à demain.

 

Elle sentait bon, il aurait bien tenté un peu plus, mais il ne voulait pas l’effrayer. Néanmoins, c’était fichu, il savait qu’il ne dormirait plus. Curieuse bonne femme tout de même. Hier à l’embarquement, il avait vu une souris grise embarquer. Mais ce soir, il avait découvert autre chose en elle. C’était enfoui profond, mais  même si elle faisait tout ce qu’elle pouvait pour l’enfouir en elle, il savait que cela ne demandait qu’à sortir. Et il aimerait bien être là quand cela arriverait. Allez bonhomme cesse de rêver, ta belle sortira de sa chrysalide avec ou sans toi ! Fatigué, il renonça à se rendre au bar et rejoignit sa cabine.

 Une multitude d’activités en soirée



19/08/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 81 autres membres